L’expérience du visage impassible et la théorie de l’attachement

Une vidéo étonnante : l’expérience du “Visage Impassible”

A l’occasion de la naissance de notre petite Lili, nous avions déjà parlé de l’importance de communiquer avec son bébé (ICI et LA).

En visionnant la vidéo ci-dessous, découverte sur le blog de Marie Charbonniaud, nous avons réalisé à quel point le manque de communication ou le manque d’attention que les parents portent à leurs enfants, peut entraîner de graves troubles du comportement.

Cette vidéo pourraient presque se passer de commentaires : dès que la mère cesse de donner de l’attention à son bébé, de réagir à ses tentatives de communication, le comportement de l’enfant change radicalement : il devient tendu, stressé et perd même le contrôle de lui-même.

Pour ceux d’entre vous qui ne sont pas forcément à l’aise avec l’anglais, nous avons traduit la vidéo. Si les sous-titres n’apparaissent pas, cliquez sur l’icône « cc » au bas de la vidéo.

Cette expérience du « visage impassible » est directement liée à ce que John Bowlby a appelé « la théorie de l’attachement ». Selon cette théorie l’enfant, dès sa naissance, utilise toutes ses capacités pour maintenir une proximité avec des adultes protecteurs (ses parents), dans le but inconscient de lutter contre les dangers de l’environnement, et donc de contribuer à sa survie.

En faisant quelques recherches sur internet, nous sommes tombés sur une publication d’Anne Carpentier, que nous vous reproduisons ici et dans laquelle elle explique en détail cette théorie de l’attachement.

En lisant cet extrait, nous avons à nouveau réalisé à quel point nos comportements et nos attitudes de parents favorisent (ou non) le bon développement, la socialisation et la confiance en eux de nos enfants.

Cette lecture nous rappelle aussi que certains comportements qui nous « agacent » chez nos enfants, ne sont en fait que des tactiques qu’ils mettent en place inconsciemment pour « nouer un lien d’attachement avec nous » : Les bébé pleurent pour retrouver la proximité avec le parent, plus tard certains sont « toujours dans nos pattes » etc…

Anne Carpentier explique aussi qu’il est d’autant plus difficile (mais pas impossible !) de nouer correctement ce lien d’attachement avec son enfant, quand on ne l’a pas nous même connu dans notre enfance. Elle rejoint sur ce point les enseignements d’Isabelle Filliozat dans son livre « il n’y a pas de parent parfait ».

L’extrait ci-dessous provient de la fiche pratique « Les étapes du développement de l’enfant » (chapitre 3 – la théorie de l’attachement), écrite par Anne Carpentier. Anne Carpentier est psycho praticienne Gestalt thérapeute et supervise pour Inter Aide les programmes sociaux & psychosociaux menés à Manille aux Philippines. Elle est aussi responsable du Réseau Pratiques.

La théorie de l’attachement


Les observations de René Spitz
ont montré que si l’on prend soin de bébés (nourriture et soins physiques adéquats) sans établir avec eux un contact affectif, les enfants dépérissent et peuvent aller jusqu’à se laisser mourir. Spitz a utilisé le terme « hospitalisme » pour décrire l’état d’enfants dépérissant à l’hôpital ou en institution, alors qu’ils étaient nourris, tenus propres et installés dans des berceaux adaptés. Le syndrome d’hospitalisme peut inclure. On sait depuis que c’est le manque de contact affectif, la carence relationnelle, qui est à l’origine de ces troubles.

Etablir une relation affective, un lien d’attachement, avec un autre être humain, est donc un besoin vital. « Nous sommes nés pour former des liens d’attachement, nos cerveaux sont construits pour se développer en tandem avec un autre cerveau humain, à travers la communication émotionnelle, avant même le développement du langage » dit Allan Shore, un neuropsychologue et neuropsychanalyste américain contemporain.

La théorie de l’attachement de John Bowlby trouve ses racines dans la théorie darwinienne de l’évolution: le système d’attachement, en permettant de maintenir une proximité avec des adultes protecteurs, sert dans la lutte contre les dangers de l’environnement, et contribue donc à la survie de l’enfant.

Tout ce qui favorise la proximité, en donnant un sentiment de sécurité, appartient au comportement d’attachement. 5 types de comportements d’attachement sont observables :

- De la naissance à deux mois, les comportements de sourire et de vocalisation sont des comportements de signalisation montrant à la mère (aux parents) l’intérêt de son enfant pour l’interaction.

- Pleurer est un comportement de type aversif qui amène la mère à se rapprocher de l’enfant et prendre soin de lui de manière à ce que les pleurs s’arrêtent.

- Vers deux mois s’ajoute le comportement de s’accrocher (s’agripper).

- Plus tard, de suivre en marchant à 4 pattes qui vise également à maintenir la proximité avec la figure d’attachement.

Ainsi se développe une sécurité de base, qui permet l’exploration, l’enfant retournant vers la mère recherche du contact en cas de stress.

La figure d’attachement est une personne vers laquelle l’enfant dirigera son comportement d’attachement ; c’est le plus souvent la mère, si c’est elle qui s’occupe de l’enfant. Mais toute personne qui s’engage dans une interaction sociale animée et durable avec l’enfant est susceptible de devenir une figure d’attachement, que ce soit un homme ou une femme. Il existe donc plusieurs figures d’attachement qui seront hiérarchisées en fonction des soins qu’elles apportent à l’enfant et de la qualité de l’interaction. L’enfant à une tendance innée à s’attacher spécialement à une figure, ce qui signifie que dans un groupe stable d’adultes, une personne deviendra la figure d’attachement privilégiée.

Vous pouvez lire la suite de cet article sur notre Blog en suivant ce lien : http://www.supersparents.com/l-experience-du-visage-impassible-et-la-tehorie-de-l-attachement/

Camille et Olivier

About these ads
Comments
8 Responses to “L’expérience du visage impassible et la théorie de l’attachement”
  1. Sophia dit :

    Putain, la mère elle fait comment pour pas pleurer devant son gamin, ça m’a foutu les boules.
    Très très bonne vidéo, c’est étonnant!

  2. Leiloona dit :

    C’est ce que j’allais dire ! Je suis une grande sensible, j’avais presque les larmes aux yeux et me disais, mais p***** arrête l’expérience, c’est cruel !

  3. mmedejantee dit :

    Merci beaucoup pour ce bel article, comme toujours très bien documenté et très enrichissant!!! Je suis très contente que l’on revienne sur cette théorie qui me semble-t-il n’est pas suffisamment connue du grand public… reste que si certains éléments sont criants de vérité, elle n’est pas toujours évidente à rendre compte dans le quotidien, à mon sens du moins… (par exemple: comment savoir concrètement comment générer un attachement "secure" (considéré comme étant le meilleur atout dans le développement de l’enfant), comment faire quand ça ne marche pas, comment éviter de culpabiliser les mères face à ces normes, etc…).
    Bref, comme vous vous en doutez, je n’ai pas tenu jusqu’au bout de la vidéo que je connaissais déjà en partie… mais je me demande dans combien de situations d’énervement, de fatigue, de surmenage, nous offrons sans même nous en rendre compte à nos enfants des visages impassibles…???

    • Camille et Olivier de SupersParents.com dit :

      Le fait de "savoir", de prendre conscience que cela a un impact sur nos enfants nous aide déjà certainement à faire des efforts…

    • carabosse dit :

      Cette théorie de l’attachement est bien connue (mais pas toujours comprise) chez les parents par adoption, l’attachement à plus a voir avec un sentiment de sécurité que d’amour, du moins au départ.

  4. Dielis dit :

    j’adore! ça me rassure sur le fait que justement je suis "madame expressions" et que même je pleure etc devant ma mini miss…héhé par contre je ne suis pas celle qui lui ai donné le plus à manger, etc à la naissance (papa poule) et maintenant c’est vrai que je suis SA personne de référence number one…je me demandais justement d’ou ça venait…maintenant je sais ;-)

Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. [...] Superparents nous démontrent, par la théorie de l’attachement, que le manque d’attention envers un enfant peut avoir des conséquences irréversibles sur ce dernier. [...]

  2. [...] En visionnant la vidéo ci-dessous, découverte sur le blog de Marie Charbonniaud, nous avons réalisé à quel point le manque de communication ou le manque d’attention que les parents portent à leurs enfants, peut entraîner de graves troubles du comportement. [lire le suite... ] [...]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 6 765 autres abonnés

%d bloggers like this: